par Dichotome,
maître de conférences


Le Prince de sang mêlé a, de par ses origines moldues, une connaissance des auteurs non sorciers. Toutefois, partisan de la séparation des pouvoirs et des mondes, Severus répugne à les citer. Leurs lettres, leurs argumentaires perçants se sont néanmoins inscrits dans son subconscient, à tel point que les lois de l’esprit le poussent au sortilège de Palindrome après quelques verres de Bordeaux. Par le mentsonge, le professeur Rogue croit alors être l’auteur de ces pamphlets.

*

Plaidoyer du Professeur Rogue pour la suppression de la Société d’Aide à la Libération des Elfes (SALE) lors du conseil des professeurs de Poudlard après que le retour de Vous-savez-qui a été confirmé par La Gazette du Sorcier.

Chers collègues,

En ces temps troublés, je propose solennellement la dissolution de la Société d’Aide à la Libération des Elfes de Mlle Hermione Granger. Face à l’état de crise latent, le laxisme n’est plus de mise. Il convient au contraire de limiter fermement toute possibilité de trouble au sein de notre établissement. La sensiblerie de Mlle Granger n’est d’ailleurs que trop connue. Elle a déjà conduit cette jeune femme à s’impliquer dans le procès d’un animal malfaisant qui a blessé l’un des meilleurs représentants de ma maison, et dont le crime demeure impuni.

Avec cette association, une fois encore, cette « née moldue » souhaite remettre en cause un ordre millénaire, auquel elle ne connait rien. Doit-on pour les caprices d’une fillette sacrifier l’héritage des générations de sorciers qui ont façonné notre civilisation ? Non. Telle est la seule réponse qui s’impose. L’esclavage des elfes de maison est une nécessité, mieux, c’est une chose naturelle.

D’ailleurs, si j’avais à soutenir le droit que nous avons eu de rendre les elfes de maison esclaves, voici ce que je dirais :

Les sorciers ayant exterminé les géants et bon nombre d’autres créatures magiques, ils ont dû mettre en esclavage les elfes de maison pour défricher des terres et construire de merveilleux monuments tels que Poudlard, le ministère de la Magie, Azkaban, Gringotts, etc.

Contrairement aux Gobelins qui ont démontré des capacités pour faire fructifier l’or, les elfes de maison n’ont aucune utilité sociale. Laisser des créatures avec un tel pouvoir, sans occupation, encouragerait leur comportement mesquin – il n’y a qu’à voir comment ils interprètent nos ordres les plus simples – voire belliqueux. Dans le meilleur des cas ils provoqueraient des dégâts par négligence, au pire par méchanceté. Leur servitude est ainsi gage de tranquillité et de paix publique. Contrairement aux gobelins qui comprennent les valeurs civilisatrices du capitalisme, les elfes ne comprennent que la force. Que pèse la servitude de quelque uns contre la sécurité de tous ?

D’un point de vue physique, les elfes de maison sont disgracieux. Ils ont un corps malingre, des oreilles en forme d’endive et de gros yeux globuleux. Toute personne sensible à la beauté comprendra qu’il est impossible que Mère Nature, qui est si sensible à la beauté, ait mis une âme, surtout une âme bonne, dans des corps aussi laids. Réfractaires au savon, les elfes dégagent en outre une odeur qui fait qu’il est presque impossible de les plaindre.

D’ailleurs les camarades et amis de Mlle Granger ne s’y sont pas trompés. Ils ont été plus que réticents à intégrer son association. Même notre garde-chasse, qui ne manque pourtant jamais de venir au secours des plus viles créatures, a refusé d’adhérer à cette absurde mascarade.

Preuve encore que les elfes de maison n’ont pas le sens commun, c’est qu’ils font plus de cas d’un vêtement pour obtenir leur liberté que d’une action en justice pour lutter contre leur engagement perpétuel. Chaque être doué de raison sait que s’il est sujet de droit, de tels engagements sont nuls.

Les petits esprits, comme celui de Mlle Granger, exagèrent trop l’injustice que l’on fait aux elfes de maison : car, si elle était telle qu’ils le disent, ne serait-il pas venu dans la tête des représentants du ministère ou des grands Professeurs de cette école, tel que mon regretté prédécesseur, de faire une convention en faveur de la miséricorde et de la pitié envers ses créatures ? Poudlard fonctionne grâce au servage des elfes de maison. Les elfes s’occupent aujourd’hui de l’ensemble de l’intendance de l’école, et même Dumbledore n’y a rien trouvé à redire.

Imaginez un instant que nous devions payer ces créatures ; que deviendraient nos frais d’inscriptions ?

Dans la conjoncture actuelle, nous ne pouvons pas nous permettre ce nouveau poste de dépense. Cela serait aussi insensé que d’admettre en cours d’ASPIC tous les élèves qui n’ont pas eu leurs BUSE.

C’est pourquoi je vous demande solennellement, chers collègues, de voter pour la suppression de cette association.

Propos rapportés par Dichotome

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s